faire un bon mix

Faire un bon mix en 8 étapes simples

Faire un bon mix peut être compliqué. Vous avez toutes vos pistes dans votre DAW, et vous vous demandez sûrement comment faire pour que le tout sonne correctement.

Mais par où commencer? Faire un bon mix? Et comment je sais si j’ai fait un bon mix, où si le mix craint?

On peut déjà se demander ce que veut dire « bon ». C’est ce que je vais essayer de définir en vous montrant comment j’aborde mes sessions de mixage. Lisez attentivement, essayez cette méthode, et dites moi ce que vous en pensez!

Etape 1. Organisez votre session

Organisez vos pistes en les regroupant, en donnant à chaque piste ou groupe de piste une couleur différente, et en utilisant des groupes/bus pour les regrouper et contrôler leurs volumes avec un seul fader.

Organisez vos pistes dans l’ordre dans lequel vous allez les mixer. En général, je commence par mixer la batterie, puis j’y ajoute la basse, puis les guitares, puis les samples/synthés, puis le chant en dernier. Mes pistes sont donc groupées, colorées et classées dans cet ordre et je les ajoute au mix les unes après les autres.

Si vous faites ça, vous passerez beaucoup moins de temps à chercher vos pistes, et vous aurez un ordre dans lequel ajouter vos pistes au mix, au lieu de sauter de piste en piste au hasard.

Très important: importez un mix pro de référence. Importez une chanson mixée professionnellement que vous aimez dans le même genre/vibe sur une autre piste que vous garderez sous le coude pour comparer votre mix à ce mix pro.

De temps à autre, écoutez ce mix de référence pour voir si vous êtes dans les clous.

Forcément, au début vous serez loin, mais au fur et à mesure que vous mixerez vos chansons et avec l’expérience vous pourrez déceler vos travers/tendances, et les corriger.

Ca peut être frustrant, mais le but c’est d’apprendre, et il faut savoir marcher avant de courir.

Etape 2. Ecoutez attentivement la chanson pour en déceler forces/faiblesses.

Cette étape est très importante. Elle permet d’identifier les pistes à mettre en avant et les pistes moins importantes. Vous aurez donc une idée claire de ce qu’il faut faire pour que ce mix sonne et pour faire honneur à la chanson.

Vous aurez aussi un vrai but quand vous mixerez. Par exemple « il faut absolument que la piste guitar lead 2 soit devant pendant le pont ». Vous savez quoi faire précisément.

Si besoin, prenez des notes, sous forme de liste. Puis vous pourrez simplement vérifier que vous avez fait tout ce qu’il y a sur votre checklist à la fin du mix.

Etape 3. Faites un mix statique qui tue.

Le plus important dans un mix est l’équilibre des volumes.  C’est la base.

Aucune piste ne doit être trop forte, ou trop faible. Chaque instrument/partie a sa place dans un mix et il revient à l’ingé de la trouver. Un solo de guitare trop faible ne fait pas son boulot, et une basse trop forte rendra juste le mix sourd et fatiguant.

Commencer par boucler la chanson complète, et prenez 20 ou 30 minutes pour écouter la chanson (en boucle donc) et simplement régler les volumes.

NE TOUCHEZ A RIEN D’AUTRE QUE LES FADERS.

Une fois que votre mix sonne bien avec juste les faders, vous aurez fait plus de la moitié du taf.

Quand on y réfléchit bien, c’est exactement ce que mixer veut dire : équilibrer le volume des pistes et mettre chaque instru/piste à sa place.

Tout le reste n’est qu’accessoire. Presque.

J’exagère un peu ici, mais sérieusement, si votre mix statique sonne, votre mix final tuera.

Attention à garder du volume disponible (headroom) sur votre sortie stéréo. Toutes vos pistes vont s’engouffrer dans votre master (sortie stéréo). Si vous envoyez trop de volume dans le master, il va clipper. Résultat: une jolie distortion. EVITEZ CELA A TOUT PRIX. La distortion sonne vraiment horrible. Essayez pour voir.

Une astuce pour éviter la distortion et de simplement penser à toujours baisser les faders au lieu d’ajouter du volume. Par exemple, si vous n’entendez pas la guitare, au lieu de pousser la guitare, baissez le reste.

Vous libèrerez du volume sur votre master et vous éloignerez du 0.

Etape 4. Commencez par mixer la section la plus complexe de la chanson.

Vous avez la chanson bien en tête. Maintenant, repérez la section la plus complexe: celle où il y a le plus de pistes qui jouent ensemble.

Le raisonnement est simple: si vous réussissez à faire sonner cette partie, sans perdre en clarté, punch et profondeur, alors l’ensemble de la chanson sonnera béton.

Bouclez cette section, et commencez à mixer uniquement celle-ci. Rendez toutes les pistes muettes sauf une, et commencez par celle-la.

Utilisez égalisation, compression, reverb etc… pour faire sonner cette piste (voir la suite), puis ajouter-en une autre. Répétez les étapes 5, 6 et 7. Puis ajoutez une autre, puis une autre, etc…

Quand toutes les pistes sont mixées, vous avez presque fini. Il ne vous reste plus qu’à les placer en stéréo, et à appliquer votre touche perso pour conclure (étape 8).

Etape 5. Utilisez l’égalisation pour ajouter clarté au mix.

Toutes vos pistes d’instruments se rejoignent et sont combinées un une seule piste stéréo. Il n’y a pas forcément de place pour tout le monde, et certaine pistes peuvent se battre pour une certaine plage de fréquence.

Le refrain arrive, la deuxième guitare entre, et soudain, on entend plus la première. C’est con quand même.

Maîtriser l’égalisation va permettre de corriger ou limiter cet effet, de couper les fréquences inutiles sur certains instruments, et booster un peu ce qui sonne bien pour mettre en valeur certaines pistes.

Il faut que le mix soit équilibré: pas trop de basses, pas trop d’aigus, etc… Et c’est l’égalisation et un bon équilibre des volumes qui vont aider ici.

L’égalisation est donc un super outil qui va vous aider à sculpter le son des pistes et à les faire se mélanger harmonieusement.

Commencez par filtrer les fréquences inutiles de vos pistes, puis couper un peu les fréquences qui ne sonnent pas très bien pour faire mieux ressortir ce qui sonne.

Ce sont la basse et la batterie qui devraient dominer les basses fréquences dans votre mix.

Donc, si vous ne savez pas par où commencer, un simple HPF (High Pass Filter = filtre Passe-Haut) sur toutes vos autres pistes va vous permettre de les nettoyer de leur basses fréquences inutiles et libérer de la place pour la basse et la batterie.

Utilisez l’égalisation de cette façon pour faire de la place pour certains instruments et vous apporterez clarté au mix. Les pistes se marcheront beaucoup moins sur les pieds.

Etape 6. Ajoutez un peu de punch avec de la compression.

Un bon mix est punchy et clair. La batterie envoie du lourd, le chant est clair et chaque mot est audible, les instruments ont un sustain et un volume cohérent et homogène.

Ca, c’est le taf de la compression. Trop de compression, et le mix sonne plat et fatiguant car sans dynamique. Pas assez de compression, et la voix peut se perdre dans le mix, et la batterie manquer de punch.

Utilisez la compression pour gérer la dynamique de certaines pistes, ajouter du punch et homogénéiser le volume des pistes.

Grosso modo, un compresseur permet de baisser le volume des parties fortes et de booster un peu le volume des parties moins fortes.

Compressez le chant pour homogénéiser le volume et de rendre tous les mots clairs et audibles.

Mettez un compresseur sur la batterie pour augmenter le sustain des fûts et rendre les cymbales plus présentes. Faites-la sonner plus « fat » ou plus punchy en réglant l’attaque du compresseur plus ou moins courte(plus fat) ou lente(plus punchy).

Compressez la basse pour homogénéiser son volume et la rendre plus présente.

Au minimum, compresser batterie basse et chant suffit pour donner un paquet de punch et de force à la chanson. Compresser le reste n’est pas forcément indispensable. Ca dépend des pistes et ça dépend de vos goûts. A vous de voir.

Etape 7. Ajoutez un peu de reverb ou delay pour donner de la profondeur au mix.

Attention à ne pas noyer le mix dans trop de reverb!

Dans un bon mix, il y a juste ce qu’il faut pour donner un peu de profondeur au chant, pousser un peu la batterie derrière, et lier les instruments ensemble. L’espace sonore est cohérent et pas envahissant.

Ajoutez de la reverb et delay pour ajouter de la profondeur au mix, mais surtout n’en faites pas trop. Trop de reverb risque de rendre le mix sourd et vous allez perdre en clarté. En plus, ça sonne clairement amateur. Pas assez de reverb, et ça sonnera trop sec et brut.

Etape 8. Ajoutez votre touche perso et rendez le mix vivant et dynamique.

Passez en stéréo en plaçant vos pistes de gauche à droite. Veillez à garder un certain équilibre de la balance stéréo.

Rendez votre mix dynamique en automatisant certains changements de volume, le placement stéréo, certains effets, etc…

Si vous ajoutez d’autres effets, n’en faites surtout pas trop, mais assurez vous que chaque refrain, ou couplet sonne différemment du précédent, et ajoute quelque chose au morceau. Parfois, une simple boucle de shaker ou tambourin suffit pour cette touche qui fait la différence.

Rendez le mix intéressant, mais surtout, il ne faut pas distraire l’audience avec un effet mal dosé, ou qui n’a rien à faire là. Soyez subtil.

 

Voila comment faire un bon mix.  J’espère vous avoir aidé un minimum.

En suivant ces étapes vous aurez un cadre dans lequel travailler. C’est grosso modo la façon dont je travaille quand je mixe pour des clients et suivre ces étapes me permet d’être efficace, de ne pas perdre de temps, et de faire un bon mix à tous les coups.

Ca demande une écoute attentive, de maîtriser égalisation, compression, et les autres plugins de votre DAW, de l’organisation et un peu de bon sens. Vous pouvez le faire, j’en suis sûr.

photo credit: izahorsky
 

Une réflexion sur “Faire un bon mix en 8 étapes simples

Les commentaires sont fermés.