édition

L’édition c’est pénible, mais indispensable

Pourquoi passer par la case édition?
Installer des micros, expérimenter quelques placements et enregistrer des prises, c’est fun et on a le sentiment d’avancer. Mixer, utiliser ses plugins pour améliorer le son des pistes enregistrées et en faire un tout cohérent et punchy, c’est aussi super fun.

Ce qui est beaucoup moins fun, c’est de se rendre compte au milieu du mix qu’on a beaucoup de bruit de l’ampli guitare parce qu’on a trop compressé, que les respirations du chanteur sont envahissantes et que finalement, le batteur a pas super bien placé son fill pour rentrer dans le deuxième refrain.

C’est justement pour éviter ce genre de petites déceptions qu’il vaut mieux passer un peu de temps à éditer les pistes avant de les mixer. Editer n’est franchement pas très amusant, mais vous serez content de ne pas avoir ces petits problèmes à gérer quand vous passerez au mix.

Je considère que l’édition c’est un peu la préparation pour le mix. Si vos pistes ne sont pas éditées un tant soit peu, vous devrez vous arrêter de mixer pour venir corriger un petit problème de timing ou faire un fondu. Si vos pistes sont éditées correctement, vous pourrez vous concentrer sur la où les pistes sont sublimées: le mix.

Voila quelques trucs utiles à faire pendant la phase d’édition pour que vos pistes soient prêtes à recevoir le traitement qu’elles méritent. Vous pouvez toutes les faire, ou pas. Tout n’est pas forcément pertinent selon le style, vos compétences et le temps dont vous disposez. A vous de voir.

Assembler une super prise

Après avoir enregistré plusieurs prises d’un même instrument, passez du temps à construire la meilleure prise possible. C’est hyper simple et la plupart des DAWs permettent de le faire très facilement.

Simplement, enregistrez plusieurs prises sur la même piste dans votre DAW, puis ensuite sélectionnez la meilleure prise pour chaque passage. Concrètement, vous pouvez de cette façon choisir chaque phrase de la prise de chant parmi les prises enregistrées. C’est fastidieux, mais en faisant ça vous vous assurez d’avoir une prise qui tue.

Si vous voulez passer un peu moins de temps, vous pouvez choisir section par section au lieu de phrase par phrase. Vous pouvez aussi simplement écouter attentivement chacune de vos prises, choisir la meilleure qui vous servira de prise principale et en corriger les défauts en allant piocher dans les autres prises.

Faites au mieux selon le temps dont vous disposez, mais assembler une super prise est super facile et super important, surtout pour le chant.

Couper les silences

Coupez simplement les parties pendant lesquelles l’instrument ne joue pas pour avoir du silence parfait. Pas de bruit d’ampli. Rien.

Un tout petit hum peut devenir gênant si vous compressez la piste, car vous allez lever un peu le niveau du bruit. En coupant les silences, vous allez éviter ce soucis et éviter de rendre votre mix sourd en accumulant ce bruit sur toutes les pistes.

Faites des fondus pour adoucir les pistes

Si vous coupez les silences, faites des fondus en ouvertures au début des sections et en fermeture en fin de section pour adoucir les entrées et sorties. Ca évitera l’effet on/off qui pourrait être audible sur certaines pistes.

Faites aussi des fondus en ouverture sur les respirations du (de la) chanteur(se). Quand vous allez compresser la piste de chant, ces respirations vont être amplifiées, donc autant les réduire un peu avec un fondu pour les contrôler, sauf si vous voulez qu’elles soient bien audibles. Par contre, je ne recommande pas de couper complètement les respirations. A mon avis, la piste n’est pas plus propre sans respirations, elle est juste moins naturelle.

Corriger le timing

Profitez aussi de cette étape pour corriger le timing de vos pistes. Parfois, le batteur met une caisse claire un poil trop tôt ou trop tard. Coupez donc les pistes de batterie et recalez les coups mal placés. Si le chanteur attaque trop tôt, idem. Isolez la phrase, puis décalez-la légèrement pour la remettre en place.

Editez avec vos oreilles et pas vos yeux

Ne corrigez que ce qui saute aux oreilles, sinon, vous allez y passer des heures. Si vous voyez que tel ou tel coup de grosse caisse est trop tard, parce que vous zoomez assez et que vous avez enregistré au clic, vous allez être tenté de saucissonner la partie complète et de recaler chaque coup. C’est long, ennuyeux, et le résultat sera juste robotique au mieux, inécoutable au pire. En plus, quand on fait ça, on ne fait plus de la musique.

Editer c’est juste préparer les pistes pour le mix, il faut donc corriger seulement ce qui saute aux oreilles. Si la basse attaque trop tôt de manière évidente, recalez-la. Sinon, vous laissez une « imperfection » qui va distraire l’auditeur. Il faut juste qu’il puisse apprécier votre musique sans être distrait et déconcentré. Pour faire simple : si vous n’entendez pas de problème, ne corrigez rien.

Doubler une partie

Parfois, on a besoin d’une deuxième piste de guitare pendant le refrain par exemple. Mais comment faire si on en a enregistré qu’une seule?

Si les deux refrains sont identiques, prenez donc le premier refrain, copiez la partie de guitare et venez la coller sur une nouvelle piste pour le deuxième refrain. C’est simple, et si la performance est bonne, personne n’entendra que vous avez « triché ». C’est faisable, mais moins évident avec une piste de chant. Tentez le coup.

Enregistrez mieux pour moins éditer

L’édition n’est pas une phase magique dans laquelle vous pouvez transformer une performance moyenne en bonne performance. Encore une fois, éditer sert à polir vos pistes, les débarrasser des potentielles distractions et les préparer au mix. Si vous enregistrez des mauvaises performances, vous mixerez de mauvaises pistes. C’est tout.

C’est très simple. Si vous prenez un bon musicien, et qu’il joue une bonne chanson sur un bel instrument, dans de bonnes conditions, vous aurez de belles pistes audios à éditer et mixer.

Si vous voulez moins éditer, il faut juste enregistrer mieux. Répéter plus. Travailler plus. Si le son obtenu ne convient pas, prenez le temps de changer de micro ou de le déplacer. Tentez une autre technique. Si une prise est mauvaise, supprimez-la et recommencez. Le but est de n’avoir aucun regret lors du mix.

Honnêtement, vous aurez toujours des regrets

Avec l’expérience, les goûts changent. Vous allez découvrir de nouvelles techniques, acheter des nouveaux micros, enregistrer dans des lieux différents, etc… Quand vous écouterez vos anciens enregistrements, vous vous direz sûrement « J’aurais plutôt dû faire comme ça… ».

Préparez mieux vos séances d’enregistrement, et vous passerez beaucoup moins de temps à éditer, vos pistes seront de meilleure qualité, plus propres, plus vite. Vous mixerez des pistes déjà bien clean et proches du son que vous voulez pour l’enregistrement. Vous mixerez donc mieux et plus vite.

C’est beaucoup de taf, mais plus vous vous attarderez sur la préparation et l’enregistrement, plus vous aurez de chance de aire un bel enregistrement final, en évitant de passer par une phase d’édition trop longue et pénible.

photo par: maubrowncow

Une réflexion sur “L’édition c’est pénible, mais indispensable

Les commentaires sont fermés.