Comment fonctionne un compresseur

Comment fonctionne un compresseur – un guide pour comprendre ses paramètres

La première fois qu’on utilise un compresseur, ça peut faire un peu peur. On commence à tourner les boutons, juste pour voir, et on peut vite démolir le son de nos pistes sans trop s’en rendre compte.

Pour éviter de détériorer vos pistes et savoir un peu mieux comment l’aborder, voila un guide rapide pour comprendre le principe de base du compresseur et comment fonctionnent ses paramètres.

Le contenu présenté ici est extrait de mon guide Drums dans lequel vous trouverez des conseils, principes et techniques pour enregistrer la batterie efficacement avec seulement 1, 2, ou 4 micros. Vous apprendrez aussi comment éditer vos pistes de batterie et les mixer simplement et efficacement et améliorer considérablement le son de vos démos et EPs

Introduction à la compression

Un compresseur est un outil de gestion de volume indispensable et très puissant. Toutes les musiques modernes avec un son puissant et « in your face » font usage intensif et parfois abusif du compresseur.

Principe de base

Un compresseur est un outil qui permet de contrôler automatiquement le volume de vos pistes. Un compresseur va surveiller que le volume de votre piste audio ne dépasse pas un certain seuil et va simplement réduire plus ou moins brutalement le volume du signal qui franchit ce seuil. En gros, il va « calmer » les pics de volume.

Il va donc compresser le signal en réduisant les écarts de dynamique : c’est-à-dire l’écart entre les parties faibles et fortes de la piste. Vous allez donc homogénéiser le volume de votre piste.

Puis vous allez pouvoir compenser la perte de volume en ajoutant un peu de gain à votre piste.

Résultat : vos parties fortes sont toujours fortes (puisque le compresseur les a réduites mais vous avez compensé en ajoutant un peu de gain) et les parties faibles (que le compresseur n’a pas affecté) ont été boostées.

Le compresseur va vous permettre de faire mieux ressortir le sustain des fûts et des cymbales, et va vous permettre d’ajouter du punch ou du gras à votre son, en fonction des paramètres choisis.

Les paramètres

Un compresseur a en général 5 paramètres de base: le seuil, le ratio, le gain de compensation, l’attaque, le relâchement.

Le seuil

Le seuil est le paramètre le plus important parce qu’il détermine à partir de quand le compresseur se déclenche. Le compresseur va surveiller le volume de votre piste, et réduire ce qui dépasse du seuil, simplement.

Si vous mettez le seuil bas, le compresseur va se déclencher souvent. Si vous le mettez trop haut, vous n’allez presque jamais compresser.

Le ratio

Le ratio est la force de la compression. Un ratio de 2:1 (2 pour 1) signifie que si le signal dépasse le seuil de 2db, il sera réduit à 1db. Un ratio de 8:1 (8 pour un) signifie que si le signal dépasse le seuil de 8db, il sera réduit à 1. Proportionnellement, 16db au-dessus du seuil sont réduits à 2! C’est une sacrée compression !

Un ratio de 2 est assez conservateur et va permettre d’homogénéiser un peu la piste et d’améliorer la cohésion du son d’ensemble. Une grosse compression est un effet beaucoup plus audible qui va permettre d’ajouter beaucoup de gras ou claquant, mais en dénaturant beaucoup plus le son.

Le gain de compensation

Le gain de compensation est le volume que vous allez ajouter à toute la piste pour compenser la compression. Simple.

Si vous compressez les pics de volume d’environ 3db en moyenne, ajoutez deux ou trois dbs de gain de compensation pour ramener le volume global de votre piste à son niveau initial. Au final, vous aurez amélioré le sustain de vos fûts, les cymbales seront plus claires et présentes, et le son global sera plus homogène et facile à mixer.

L’attaque

L’attaque est la vitesse de réaction du compresseur. Si vous mettez une attaque rapide, il va compresser immédiatement les pics de volume dépassant le seuil. Si vous mettez une attaque plus lente, il va laisser passer les transitoires avant de compresser.

Une attaque rapide permet de gagner un peu en gras alors qu’une attaque lente permet de gagner en claquant car vous gardez les attaques intactes (en réalité vous les boostez avec le gain de compensation).

Le relâchement

Le relâchement est le temps que va mettre le compresseur à arrêter de compresser et revenir à la normale.

Un relâchement trop lent et le compresseur fonctionnera trop longtemps. Un relâchement trop rapide et vous risquez d’avoir un effet de pompe pas forcément agréable.

En général, les compresseurs ont aussi un moyen de mesurer le volume compressé, comme une barre de réduction de gain. Vous pouvez donc surveiller de combien de dbs vous avez compressé, pour éviter de sur-compresser ou de faire tourner un compresseur dans le vide (avec un seuil un peu trop haut).

Un point de départ pour expérimenter

Les premières fois qu’on utilise un compresseur, il est assez facile d’en faire trop et de détruire le son. Il vaut mieux donc pour commencer partir sur un gain de compensation automatique et un relâchement automatique, ce qui fonctionne très bien dans 95% des cas. De plus, ça fait deux paramètres en moins à se soucier.

Commencez par mettre votre attaque sur 20ms, votre ratio sur 3, puis bouclez une section et jouez avec le seuil uniquement pour bien comprendre l’effet du compresseur.

Une attaque de 20ms est assez lente pour ne pas perdre de claquant et assez rapide pour compresser efficacement. Un ratio de 3:1 est un réglage moyen qui permet de rendre la compression assez audible sans être envahissante.

En gros, ces réglages constituent des réglages moyens et assez conservateurs sur lesquels vous pouvez vous baser pour expérimenter, mais je recommande de ne jouer d’abord qu’avec le seuil car c’est le paramètre le plus important.

Une fois que vous aurez bien intégré l’effet du compresseur sur votre son, jouez un peu avec le ratio et l’attaque pour observer les variations de punch et de corps que vous pouvez obtenir.

Amusez-vous bien !

 

Enregistrez votre batterie avec un seul micro

  • Préparez votre session et enregistrez votre batterie avec un seul micro.
  • Editez rapidement vos prises de batterie.
  • Donnez clarté, punch et profondeur à votre son.

Pas de spam, que du bon contenu.